Protection du site de la chute Neigette

Des organismes et des citoyens de la région appuient la réglementation contre le vandalisme

Quatre organismes de la région appuient sans réserve la municipalité de Saint-Anaclet-de-Lessard dans sa volonté de protéger le site de la chute Neigette en adoptant un règlement municipal qui interdira les feux, la coupe de bois, la circulation de véhicules motorisés ainsi que le dépôt de déchets, sous peine d’amendes pouvant aller jusqu’à 1000$. En effet, le Poids vert de Rimouski-Neigette, la Corporation du patrimoine de Saint-Anaclet, l’Organisme des bassins versant du Nord-Est du Bas-Saint-Laurent ainsi que le département de Géographie-histoire du Cégep de Rimouski soutiennent que ce site exceptionnel doit être protégé et valorisé pour permettre à la population de la région d’en bénéficier pour de nombreuses années encore. Des citoyens de Rimouski et de Saint-Anaclet, dont le coordonnateur du Sentier national section est du Bas-Saint-Laurent se sont aussi joints à la démarche.

Selon les membres de ce comité créé en 2012, le site de la chute Neigette est la source d’approvisionnement en eau potable de près de 50 000 personnes du grand Rimouski et de Saint-Anaclet et un site naturel important dans la région durant l’été. Malheureusement, ce site fait l’objet de divers actes de vandalisme tels la circulation en véhicules motorisés, l’abattage et l’élagage d’arbres, la présence de nombreux feux dont une dans l’une des toilettes chimiques en 2012 et de nombreux déchets. De tels comportements menacent la sécurité publique, l’intégrité du site et nuisent à sa fréquentation par la population, les visiteurs et particulièrement par les familles.

Toujours selon le comité, outre cette réglementation interdisant le vandalisme, la municipalité de Saint-Anaclet-de-Lessard et la Ville de Rimouski doivent maintenant travailler avec les organismes du milieu pour redonner à ce lieu enchanteur sa vraie place dans la communauté. Une campagne de sensibilisation, l’instauration d’activités compatibles avec la vocation du site ainsi qu’un plan d’aménagement des lieux devraient être les prochaines étapes. Une première rencontre a déjà eu lieu entre les organismes, les citoyens et des représentants les deux municipalités à ce sujet.

